Sally (Bambridge) Ravindra

1960-1969

1970-1979

1980-1989

1990-1999

2000-2009

2010-PRÉSENT

Sally (Bambridge) Ravindra

Sally (Bambridge) Ravindra

Inde

1961-1963

En 1960, Sally Bambridge (qui deviendra plus tard Sally Ravindra) écrit pour The Varsity, le journal étudiant de l’Université de Toronto, lorsqu’elle rencontre Donald Faris invité sur le campus par Keith Speicer, un des fondateurs de Cuso International. « J’étais tellement fascinée par ce que disait Monsieur Faris que j’ai arrêté de prendre des notes; et lorsque je suis partie, j’ai inscrit mon nom sur une liste. »

C’est ainsi qu’en 1961 Sally part en Inde et devient l’une des toutes premières à rejoindre les rangs des coopérants-volontaires de Cuso. Pendant une première année, elle enseigne à la Raijghat Besant School de Varanasi et collabore à un projet de santé; l’année suivante elle travaille avec des enfants et des familles de l’ashram Gandhian dans l’État de l’Orissa.

Sally a beaucoup apporté au Canada, et parmi ses contributions, plusieurs ont été guidées par les circonstances.

À la fin des années 60, Sally et son mari sont sollicités par un couple pour acheter une île au large de la côte est de la Nouvelle-Écosse à la suite d’une vente pour recouvrement d’impôts non payés. Pendant des décennies, les deux couples maintiennent l’île dans son état sauvage pour finalement en faire don au Nova Scotia Nature Trust pour sa campagne « 100 Wild Islands » (100 îles sauvages).

Pendant ses études à la Maritime School of Social Work à Halifax, Sally prend une année sabbatique et entre en contact avec un céramiste de Manhattan qui lui apprend les bases de la poterie. Cette rencontre va donner naissance à une carrière artistique de 35 ans, au cours de laquelle les œuvres de Sally ont fait le tour du monde.

2017-09-27T21:20:54+00:00
Facebook
Twitter
YOUTUBE
LINKEDIN
INSTAGRAM